Archive | juin 2014

Voyageurs, tome 1 : La cité des rêves de Emilie Zanola

Résumé :

Liana est une jeune femme à qui la vie n’a pas fait de cadeau. Abandonnée dans un jardin public vers l’âge de quatre ans, elle s’inventera des vies au travers de ses rêves plus qu’étonnants… À l’université de Chambéry où la psychologie y est dispensée, elle rencontrera un groupe d’amis et surtout Gab, un jeune homme venant d’une famille étrange et riche, qui saura la séduire… Un jour, un grimoire, un rêve et son destin va être bouleversé. Un monde secret lui sera dévoilé, celui de la Cité des Rêves. Elle n’est autre qu’un Voyageur, un être capable de naviguer au cœur même des productions chimériques des humains. Cette histoire improbable se mêle à la réalité et son tuteur onirique, Naël, tentera de lui inculquer leurs règles dans ces deux mondes. Des cauchemars, des missions, des meurtres, un voyage en Italie et Liana accepte enfin la réalité… Carl Gustav Jung, un des précurseurs de la psychologie, a dit : « En chacun de nous existe un autre être que nous ne connaissons pas. Il nous parle à travers les rêves et nous fait savoir qu’il nous voit bien différemment de ce que nous croyons être.


Année de parution française : Editions VFB (2014)

Langue française – Format : ePub – Sortie : 13 Janvier 2014

Genre : Fantastique , Aventure


 Mon Avis :

Je dois remercier les éditions VFB Editions  de m’avoir gentiment proposé de choisir dans leur collection, je me suis laissé séduire par la couverture énigmatique et le résumé de cet ouvrage et j’en suis ravie, ce fut une jolie découverte.

Nous suivons la jeune Liana orpheline, étudiante en psychologie à Chamonix.  Elle espère que ces études l’aideront à trouver des indices sur son passé grâce à ses rêves. On s’attache très vite à cette jeune femme touchante et attachante, qui aime se refugier dans ses rêves quand le réel est trop dur, dérangeant. Mais ces rêves, en sont-ils vraiment ? Que cachent-ils ?

Très vite, la plume d’Emilie Zanola m’a séduite et emportée, entre envie de dévorer et celui de profiter de cette histoire. Quand je devais reposer ma liseuse, c’est toujours avec plaisir que je retrouvais Liana et ses amis (es).

En conclusion, c’est une très belle découverte, une histoire qui vous emporte jusqu’au bout, avec une fin qui est un vrai supplice. L’auteur m’a totalement conquise.

Laissez-vous tenter par cette lecture, elle  vaut le détour, c’est une vraie lecture plaisir


Logo Livraddict

Publicités

Petites Recettes de bonheur pour les temps difficiles de Suzanne Hayes & Loretta Nyhan

Résumé :

Entre Iowa et Massachusetts de 1943 à 1946

Depuis que son mari a été appelé à rejoindre les forces alliées pour combattre en Europe, Glory Whitehall s’ennuie. Laissée seule avec son fils de 3 ans, enceinte jusqu’aux yeux, la jeune femme cherche une occupation pour tromper la solitude. Un beau matin, Rita Vincenzo reçoit la lettre d’une inconnue du Massachussetts…

Entre Glory, jeunette impulsive, et Rita, femme de poigne au grand cœur, se tisse une amitié au fil de la plume. Une correspondance entre deux femmes séparées par des centaines de kilomètres, accidentellement rapprochées par l’absence de leurs époux, partis sur le front.

Étayée d’instants complices, de joies, de peines, de drames, cette correspondance offre à chacune des deux femmes un moment de réconfort unique dans un monde bouleversé par les échos de la guerre qui menacent de saper leur courage. Comment vivre dans un monde sans hommes ? Comment égayer le quotidien lorsque tout est rationné ? À qui confier le mal-être, la souffrance de celles qui attendent, impuissantes et fébriles des nouvelles des époux, des fils qu’elles ont vus partir de l’autre côté de l’océan ?Trois ans de correspondance, autant de partage de recettes, de conseils de jardinage, de confidences inavouées… pour l’une des plus belles histoires d’amitié jamais écrites.


Année de parution française : Editions Belfond (2014)

Langue française – 396 pages | Traduit par Nathalie Peronny – Sortie : 5 Juin 2014

Genre : Contemporaine


 

Mon Avis :

C’est grâce à la Masse Critique organisée par Babélio (où j’ai été sélectionnée) ainsi qu’aux Editions Belfond que j’ai pu découvrir cet ouvrage.

Derrière une belle couverture, se cache un très beau roman épistolaire qu’il est difficile de poser. Les deux héroïnes sont des femmes de soldat que la guerre sépare de l’être aimé.  L’auteur se sert de lettres pour rapprocher ces femmes par le biais de courrier qu’elles s’échangent, où chacune se confie à cette inconnue qui, au fil des lettres, devient une amie, une vraie confidente.

Nous découvrons chacune des héroïnes uniquement à travers ces lettres, ce qu’elles se confient l’une à l’autre, sans la suivre en dehors de ce lien qui se crée entre elle. Il est délicat de s’attacher plus spécifiquement à l’une de ces femmes, dont la vie est chamboulée à tour de rôle.

Une très belle découverte, une manière romancée de découvrir la vie, le ressenti des femmes de soldats lors de la seconde guerre mondiale.


 

Logo Livraddict

Sous haute tension de Harlan Coben

Résumé :

Une femme partie sans laisser de traces revient… Et fait remonter à la surface seize ans de mensonges. Qu’est-il arrivé au frère et à la belle-soeur de Bolitar, disparues depuis 16 ans ? Pourquoi ce dernier se sent-il coupable ? Comment pourra-t-il affronter son neveu, qu’il n’a jamais vu mais qui le hait déjà ? Une investigation sous haute tension pour l’agent-détective. Et la troublante découverte de sa part d’ombre…


Année de parution française : Editions Belfond (Noir) (2012)

Langue française – 396 pages | Traduit par Roxane Azimi

Genre :  Thriller


 

Mon Avis :

J’ai commencé ce roman dans le cadre du challenge « Week-end à mille » ainsi que le challenge « A book, A day », il étais ma lecture du dimanche, même si finalement il a duré un peu plus longtemps.

C’est toujours avec un réel plaisir que je retrouve la plume d’Harlan Cobben et son personnage « fétiche » Myron.

L’agent de star et de sportif, Myron à la visiter d’une de ses clientes Suzzie, une ex championne de tennis. Après un message désobligeant posté sur sa page Facebook, son mari disparais alors elle demande de l’aide à Myron. S’en suite tout un tas de péripéties qui le font plongé dans son passé 16 ans plus tôt, une dispute avec son jeune frère…

Comme à chacun de ses romans Harlan Cobben me piège par sa plume, que j’apprécie beaucoup. Et comme à chaque fois, je n’ai jamais trouvé LE coupable, je reste donc dans le suspense jusqu’à la fin.

Le seul point légèrement négatif, le chapitre sur Win l’associer et ami de Myron, qui m’a laisser perplexe je n’ai compris que plus tard son intérêt, mais le coup j’ai trouvé cela un peu long.

Vous l’aurez compris, pour moi Harlan Cobben est une valeur sure, mon auteur chouchou je sais pour le moment jamais déçu de sa plume.

Une enquête à découvrir et dévorer, un thrilleur que l’on a plaisir à lire, je ne peu que le conseiller.


Logo Livraddict

La nuit des démons, tome 1 de Sarah Rees Brennan

Résumé :

Deux frères. Un seul monde. Pourront-ils y vivre longtemps ?
Des démons vivent dans un monde parallèle au nôtre. Avides des sons, des sensations et de tout ce qu’il y a de beau sur cette Terre. À moins qu’un cercle de magiciens crée un pont pour eux, ils ne peuvent pénétrer dans notre univers. Pourtant, certains d’entre eux savent quelque chose que nous ignorons. Et ils nous poursuivent, mon frère et moi, sans relâche. Alors restez à l’abri. Restez loin des magiciens. Restez loin de nous.


Année de parution française : Editions Albin Michel (Wiz) (2010)

Langue française – 312 pages | Traduit par Raphaële Eschenbrenner

Genre :  Fantasy ; Jeunesse


 

Mon Avis :

C’est par un total hasard que ce livre a atterrit dans ma PAL, puisque découvert dans un magasin de déstockage « Noze ». Je n’ai pas résister à vite l’y en sortir grâce à deux Challenge : Le Week end à 1000 et « A book a day »

Je l’ai donc commencé le vendredi matin, dans l’espoir peu être un peu « fou » de commencer avec un livre terminer le challenge « A book a day » mais ce fus à une centaine de page de la fin que j’ai du le laisser le soir même à presque minuit.

On se trouve de suite happé par l’histoire, les pages se dévorent avec beaucoup de plaisir et d’assiduité, on suit deux frère totalement  différent, Nick est un ado rebelle, froid et distant, plus habile avec son épée qu’avec ses sentiments, à la différence de son ainé Alan qui fais ses choix en fonction de son cœur. Ils sont, avec leur mère, poursuivis par un groupe de magicien qui envois des démons à leur poursuite.

Dés les premières lignes, on entre dans l’histoire, les pages se tournent avec un réel plaisir, tant on désirent connaitre la suite, apprendre à connaitre les personnages, de découvrir pourquoi ils sont ainsi poursuivi et obligé de se cacher à chaque instant de ses magiciens.

Le dénouement fus très inattendu à mes yeux, je  n’ai rien vu venir, me suis laissé embarqué dans le récit avec plaisir, aurais je un coté un peu « naïf » ?

J’ai beaucoup aimé la plume de l’auteur, j’espère la découvrir d’avantage. Une belle découverte, je ne regrette pas d’avoir craqué pour la couverture, car au final le contenu m’a tout autant séduit.


Logo Livraddict

Et puis, Paulette… de Barbara Constantine

Résumé :

Ferdinand vit seul dans sa grande ferme vide. Et ça ne le rend pas franchement joyeux. Un jour, après un violent orage, il passe chez sa voisine avec ses petits-fils et découvre que son toit est sur le point de s’effondrer. À l’évidence, elle n’a nulle part où aller. Très naturellement, les Lulus (6 et 8 ans) lui suggèrent de l’inviter à la ferme. L’idée le fait sourire. Mais ce n’est pas si simple, certaines choses se font, d’autres pas…
Après une longue nuit de réflexion, il finit tout de même par aller la chercher.
De fil en aiguille, la ferme va se remplir, s’agiter, recommencer à fonctionner. Un ami d’enfance devenu veuf, deux très vieilles dames affolées, des étudiants un peu paumés, un amour naissant, des animaux. Et puis, Paulette….


Année de parution française : Editions Le Livre de Poche (2013)

Langue française – 288 pages

Genre : Contemporaine


Mon Avis :

Depuis le temps que je le vois sur les vidéos Youtube, j’ai enfin décidé de craquer pour sa jolie couverture mauve (oui raison futile, mais c’est ma couleur préféré), je l’ai décidé de le sortir pour mon « Week end Challenge » (combo des Challenge : »Week-End à 1000″ & « A Book, A Day »).

Je me suis plongée dans cette lecture sans aprioris, ne me souvenant pas du résumé, j’avoue que c’est sa taille (et les bon écho) qui m’ont fais le choisir pour le samedi du challenge « A Book, A Day », et se fut LE bon choix, puis qu’il fut fini dans la soirée.

Nous suivons une bande d’amis sexagénaires, qui suite à certain aléa de la vie, finissent par vivre ensemble dans la grande ferme de l’un d’eux Ferdinand, une histoie douce et touchante, chaque personnage est attachant. Une façon délicate de décrire la vie des personnes de cet âge, et leur relations avec les plus jeunes.

Un groupe de sexagénaire que l’on a envis de connaitre, avec lequel il doit être plaisant de discuter autour d’un thé.

L’écriture de Barbara Constantine est une belle découverte, c’est une jolie lecture, addictive (on tourne les pages sens s’en rendre compte), toute en douceur, sans trop de « blabla ». Mais avec une conclusion surprenante qui laisse une légère note de déception, quand on s’aperçois que c’est fin mais en même temps une autre fin aurais t’elle fais le même effet.

Une roman a découvrir, a conseillé avec plaisir et sans crainte.


Logo Livraddict