Défendre Jacob de William Landay

Résumé :

Depuis vingt ans, Andrew Barber est procureur adjoint du comté de Massachusetts. Admiré par ses pairs pour sa combativité au tribunal, respecté de la communauté, il est aussi un père de famille heureux, veillant sur sa femme Laurie et leur fils Jacob. Quand un crime atroce secoue la quiétude de sa petite ville, c’est la foudre qui s’abat sur lui : son fils de 14 ans est accusé du meurtre d’un camarade de classe. Andrew ne peut croire à la culpabilité de Jacob et va tout mettre en oeuvre pour prouver son innocence. Mais à mesure que les indices à charge s’accumulent et que le procès approche, certaines révélations surgies du passé sèment le doute et menacent de détruire son mariage, sa réputation et sa foi en la justice. Le dos au mur, Andrew devra faire face au pire dilemme de sa vie : choisir entre la loyauté et la vérité pour défendre cet adolescent qu’il connaît si mal.


Année de parution française : Editions Michel Lafon  (2012)

Titre original : Defending Jacob (2012)

Langue française – 445 pages

Genre : Thriller ; Policier


 Mon Avis :

Ce roman étais depuis un moment dans ma PAL, je l’avais acheté lors d’une vente Michel Lafon sur « Vente Privée » suis a l’avis positif de ma copinaute « Tiboux« .

Derrière cette jolie (et triste) couverture, le regard mystérieux d’un adolescent qu’on imagine être Jacob, on découvre l’histoire d’une famille brisé par un meurtre.

C’est a travers les yeux d’Andrew Barber, le père de Jacob et procureur adjoint que l’on vit le roman. Du moment où il commence l’enquête à celui où elle lui ai retiré, son fils Jacob deviens le principal suspect, ainsi que le procès en lui même, tout est raconté par ce père de famille dont la vie bascule en peu de temps.

Depuis que j’ai fermé ce livre, j’ai cette impression d’être passé a coté de quelque chose, sans arrivé a mettre le doigt dessus.

Je ne sais pas si c’est le fais de n’avoir que le point de vue du père, de ne pas savoir ce que pense Jacob ni sa mère, comme si leur ressenti étais secondaire. Ce qui m’a donné la sensation, probablement fausse, que l’auteur souhaite toucher un publique surtout masculin.

Pour autant, je ne dirais pas que je n’ai pas apprécier la plume de William Landay, car ce fus une lecture fluide et agréable. J’en attendais peut être autre chose…

Même si il ne fus pas le coup de cœur escompter, ce fus une bonne lecture, je vous le recommande (tout comme la lecture du billet de Tiboux)

 


Logo Livraddict

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s