Archive | février 2014

La Box de Pandore #1 (Février)

En tant que fan de livres et maman de deux Loulous comment résister à la tentation de leur faire partager cette jolie passion…

La description trouvé sur le site :

Découvrez la littérature jeunesse autrement

La Box de Pandore est là pour vous aider à découvrir des livres, des albums et des romans jeunesse auxquels vous n’auriez pas forcément prêter attention.

Plus que des livres adaptés à vos goûts et votre âge, vous recevrez aussi

  • Des cadeaux
  • Des surprises
  • Des gourmandises pour vous faire plaisir

Voici ce que j’ai découvert en l’ouvrant :

Cacher derrière un joli papier violet (qui leur a dis que c’étais ma couleur favorite ???)OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Une jolie boite cœur à l’effigie de Winnie remplie de thé et de gourmandise…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Un doudou très vite adopté… a qui on fais découvrir le joli livre-puzzle

 (cadeau d’anniversaire un peu en avance…)???????????????????????????????

Un grand frère comblé… qui a d’ailleurs déjà dévorer son livre(son avis a venir…)

Je crois qu’ils sont impatient de découvrir la prochaine…

Ce que j’en ai pensé…

En tant que maman, ce fus un plaisir de voir les yeux pétillants de mes loulous… La petite faisant des bisous a son nouveau doudou (comme si elle n’en avais pas assé hihi) et le grand se dépêchant de finir ses devoirs afin de pouvoir entamé « Les quartes géants », que je lui ai d’ailleurs emprunter et dévorer avec plaisir…

A votre tour de vous laissez tenter…

Sur Facebook :

https://www.facebook.com/laboxdepandore?fref=ts

Publicités

Le cas Eduard Einstein de Laurent Seksik

Résumé :

Le fils d’Einstein a fini parmi les fous, délaissé de tous, jardinier de l’hôpital psychiatrique de Zurich. Sa mère, qui l’a élevé seule après son divorce, le conduit à la clinique Burghölzli à l’âge de vingt ans. La voix du fils oublié résonne dans ce roman où s’entremêlent le drame d’une mère, les faiblesses d’un génie, le journal d’un dément.

Une question hante ce texte : Eduard a-t-il été abandonné par son père à son terrible sort ? Laurent Seksik dévoile ce drame de l’intime, sur fond de tragédie du siècle et d’épopée d’un géant.

Année de parution française : Editions Flammarion (Littérature française ) (2013))

304 pages |

Genre : Contemporaine

Mon Avis :

C’est par hasard que j’ai entendu parler de ce roman, un soucis d’onde radio que change de station sans qu’on est rien demander. J’avoue ne plus me souvenir qui parlais, mais cette personne m’a donner envi de découvrir cette lecture.

Il s’agit d’un roman inspiré de la vie du célèbre Albert Einstein, sa première femme et son fils cadet Eduard. On se plonge au fur et a mesure de la lecture, d’un chapitre à l’autre dans la tête des trois personnages.

La mère est le premier narrateur, elle viens de laisser son fils Eduard à l’asile, on est pris par sa peine, sa culpabilité. Elle s’emble une mère aimant, même fusionnel avec ce fils. Eduard quand à lui, ne semble pas bien comprendre ce qu’il fais là. Lui qui semble t’il a hérité de la grande intelligence paternel, ayant lui très jeune les livres de la bibliothèque de son père ainsi que tout Freud pour qui il a une grand admiration, ce retrouver enfermer dans cette asile, avec des fous alors qu’il se destinais à être psychologue lui même. Albert Einstein lui est un père absent, qui semble vouloir oublier ce fils « imparfait ». Voici, en résumé mes ressentis de cette lecture, à la fois passionnante, touchante et triste.

J’ai beaucoup apprécier le fais que les chapitres ou plutôt partis, soit diviser en fonction des personnage qui narre la partie. J’avoue qu’avant cette lecture, j’ignorais qu’Albert Einstein c’étais marié et fus dont étonné d’apprendre qu’il fus père de deux fils l’ainé Albert-Hans dont il est peu question et Eduard à  qui ce roman est consacré.

Je me suis laissé emporté par la plume de  Laurent Seksik qui m’a donné envi d’en apprendre d’avantage sur cet illustre physicien.

Une lecture dont on ne sort pas vraiment indemne…

 

 

Lu dans le cadre du challenge « Un genre un mois« 

Coup de chaud en Alaska de Addison Fox

Résumé :

A la demande d’une amie, Sloan McKinley quitte New York pour Indigo, en Alaska. A peine arrivée, elle se prend le bec avec Walker Montgomery. Cet avocat est un véritable spécimen de virilité que Sloan est bientôt amené à revoir… lors d’un concours de célibataires ! Imaginée par trois grands-mères résolues à caser leurs petits-fils réfractaires au mariage, la compétition à laquelle Sloan s’est inscrite est déclarée ouverte. Et soudain, l’atmosphère polaire d’Indigo prend un sacré coup de chaud…

Année de parution française : Editions J’ai Lu (Promesses) (2012)

313 pages | Traduit par Patricia Lavigne

Titre original : Alaskan Nights, book 1 : Baby, It’s Cold Outside (2011)

Genre : Romance ; Contemporaine

Mon Avis :

Comment résister à la couverture, en cette période hivernale ? Alors le fais qu’il se trouve dans la liste « contemporain » de Livraddict, ce fus le petit plus pour le sortir de ma PAL.

 C’est une jolie romance qui se lit avec plaisir et attachement.

Sloan McKinley quitte New York pour soutenir Jane sa meilleure amie, qui a des soucis de succession à Indigo en Alaska. elle en profite pour fuir sa mère qui lui pet la pression et se mêle de sa vie intime.

S’il y eu quelques longueurs, elles s’oublient très vite, tant on se laisse emporter par l’histoire. Sloan est une jeune femme pleine de vie, que j’ai très vite trouvé attachante. Elle semble prête à tout pour son amie, et vouloir profiter de chaque instant. Pour autant elle n’oublie pas son travail, en écrivant un article sur cette ville d’Alaska où trois grands-mères organisent un concours afin de caser leurs petits-fils.

Une très jolie histoire, dont pour ma part le seul « bémol » est qu’on oublie presque trop vite pourquoi Sloan viens en Alaska, les soucis de Jane sont vite oublier, au profit de l’histoire de Sloan. Avec le recule, j’aurais aimé en apprendre d’avantage sur Jane, savoir si cela s’arrange. Mais j’avoue que lors de la lecture, cela ne m’a pas tant gêner que cela tellement emporté par l’écriture d’Addison Fox, qu’on tourne les pages presque sans y réfléchir et avec un vrais plaisir tant on veux savoir comment ça va se finir entre Sloan et Walter même si on s’en doute depuis le début…

Une belle romance contemporaine à sortir de votre bibliothèque si elle y est…

 

Lu dans le cadre du challenge « Un genre un mois«